arnaudgonnet
Adresse
/
0771287742
machines de l'ile
Les Machines de l’île sont un espace d'exposition et d'animation situé à Nantes, en France. Créé par François Delarozière (directeur Artistique) et Pierre Orefice1, il se trouve sur l'Île de Nantes, dans le parc des Chantiers, à l'emplacement d'anciens chantiers navals désaffectés.
Leur création a été décidée par le conseil de la communauté urbaine Nantes Métropole en 2004, en association avec la compagnie de théâtre La Machine dirigée par François Delaroziere ; elles ont été inaugurées en 2007 et sont gérées par la société publique locale « Le Voyage à Nantes » par délégation de service public de Nantes Métropole.
Les Machines de l'île sont situées à la croisée des « mondes inventés » de Jules Verne, de l’univers mécanique de Léonard de Vinci et de l’histoire industrielle de Nantes. En octobre 2007, à Paris, le Salon international du tourisme lui a décerné son prix spécial du jury, qui récompense un équipement touristique innovant

 
 
Le budget initial du projet est de 4,8 millions d’euros :
le Grand Éléphant : 2 millions d’euros ;
la scénographie de la galerie : 2,2 millions d’euros ;
l'étude de l'Arbre aux Hérons et sa branche prototype : 600 000 euros.
En raison de surcoûts, il doit être porté à 6 millions d’euros lors du conseil de Nantes Métropole du 9 mars 2007. S'y ajoute un investissement de 350 000 euros dans une boutique cafétéria.
 
Le passage Pommeraye est une galerie marchande du centre-ville de Nantes, en France. Construit à partir de fin 1840, il est mis en service le 3 juillet 1843, et classé monument historique depuis le 26 décembre 1976. Tirant sa particularité d'être construit sur un terrain présentant une forte déclivité, il s'étend sur trois niveaux distribués par un escalier central, et est un des attraits touristiques de la ville. Si sa construction a entraîné la ruine de son promoteur, Louis Pommeraye, le passage, considéré comme une réussite architecturale, est resté un lieu de commerce florissant. Il a bénéficié d'une rénovation achevée en 2015.
La 7 mai 2015, le nom « Passage Pommeraye » devient une marque commerciale déposée auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI)

Le même conseil prévoit une subvention de fonctionnement de 800 000 euros pour les trois premières années, dont 500 000 euros en 2007, l'exploitation devant « tendre vers l'équilibre à compter de 2009 ». Elle reste cependant déficitaire d'environ 0,5 million d’euros en 20094. En 2010, Nantes Métropole renonce implicitement à l'objectif d'équilibre financier et signe avec le gestionnaire des Machines une convention de délégation de service public qui court jusqu’en 2025 et prévoit que « pour tenir compte des sujétions de service public imposées à l’exploitant, l’Autorité délégante verse, chaque année, une subvention financière forfaitaire, destinée à contribuer à l’équilibre des comptes »5. Le montant de cette subvention s'élève à 1 100 000 euros en 20115. La même convention prévoit que François Delarozière et Pierre Orefice percevront une rémunération représentant « 0,5 % du chiffre d’affaires de la billetterie, assorti de conditions de déclenchement et de plafonnement et 3 % du chiffre d’affaires de la boutique ».
Le projet est soutenu par le programme européen Objectif 2 (2000-2006) au titre de l'aide à l’investissement public touristique des collectivités à hauteur de 1 785 000 euros, soit un taux d’intervention de 25 % par rapport au budget initial.
Le conseil de Nantes Métropole du 26 octobre 2007 décide la construction du Carrousel des Mondes Marins pour un coût de 6,4 million d’euros hors taxes. Il confirme cette construction le 18 juin 2010 en portant le budget à 10 millions d’euros.