arnaudgonnet
Adresse
/
0771287742
Bienvenue sur mon site
 
 
 


La ville est située aux portes de la Sologne, 14 km au nord de Lamotte-Beuvron, 22 km au sud d'Orléans, 54 km au nord-est de Blois et De part et d'autre de la rivière Cosson, un sous-affluent de la Loire
Le château de la Ferté gardait d'ailleurs le passage de ce cours d'eau.

 
 
 
 
région centre
 
Avant d’être solognot nous étions des Appelous 



Firminy est une commune française, située dans le département de la Loire et la région Rhône-Alpes.

moi je suis né au stade du soleil

Aprés la maternelle a l'école de Fayol

la famille à prit la direction du Chambon-Feugerolles


(cité du bec)

car mon Père travaillait à la centrale



Le Chambon-Feugerolles Au Moyen Âge, le bourg existait, dominé par le seigneur de Feugerolles qui avait le privilège de la justice et de l’administration. Il comptait, comme de nombreux villages, quelques forgerons et fabricants d’arbalètes.
Au XVIe siècle, l’activité de la coutellerie se développe. La métallurgie apparaît dans la seconde moitié du XIXe siècle avec l’installation des usines Crozet-Fourneyron, Claudinon, Chambert puis pendant la Première Guerre mondiale celle de Forges et Camargue qui produisait des aciers spéciaux.
Les fabrications étaient assez variées : limes, pièces forgées ou moulées, éléments pour l’armement, outils En 1880, la ville recensait 480 métallurgistes (772 en 1912), environ 1 000 ouvriers de forge et 900 pour la taille des limes. Au XIXe siècle, Le Chambon-Feugerolles était le chef-lieu du canton de la vallée de l’Ondaine et donc le siège des fonctionnaires (juges de paix, greffiers, notaires, percepteur ). À cette époque, le cadre de vie était plutôt médiocre du fait d’une forte activité industrielle.
Il s’améliora sous l’impulsion de la municipalité de Pétrus Faure, à qui les Chambonnaires renouvelèrent leur confiance de 1925 à 1971 (sauf pendant la guerre).
Le Chambon-Feugerolles est né de la fusion de deux communes en 1832 :
Le Chambon (ou Cambo en gaulois, signifiant courbe de rivière) et Feugerolles (ou Filicaria signifiant fougère). En 1843, la commune cède une partie du territoire lors de la création de la commune voisine de La Ricamarie.  
 

unieux

 
Aux portes des gorges de la Loire, au bord du plan d'eau du Barrage de Grangent, la commune bénéficie de la présence de la Réserve naturelle régionale Saint-Étienne - Gorges de la Loire, qui couvre une superficie de 320 hectares. Unieux est situé dans la vallée de l'Ondaine, à 4 km de Firminy, 14 km de Saint-Étienne et 80 km de Lyon.
La création de la commune remonte à 1794. Jusqu’en 1830 c'est la ville de Firminy qui s'occupe de l'administration pour Unieux.
La première séance du conseil municipal a lieu le 18 novembre 1831 et Jean Pepier est élu maire.
Mais le premier maire d'Unieux, appelé « agent municipal », était Barthélémy Gachet, élu en 1794.
Les cérémonies religieuses se déroulent à Firminy jusqu'en 1830, date à laquelle l'église du Bourg est achevée.
En effet les paroissiens d'Unieux, refusant de participer aux frais de restauration de l'église de Firminy, entreprirent la construction de leur propre lieu de culte. En 1830, le cimetière d'Unieux est créé, puis dans les années qui suivent il est régulièrement agrandi.
La mairie-école fut construite en 1852.
Grâce à l'industrie du fer, des martinets, forges et clouteries sont installés sur les biefs de l'Ondaine dès le début XVIIe siècle.
En 1829 : création des Forges d'Unieux par Jacob Holtzer (aciers corroyés) au bord de l'Ondaine.
Le bureau de poste est construit le 4 juin 1886, proche voisin de l'usine Holtzer. Unieux possède une gare mise en service en 1883, le bâtiment voyageurs a été démoli, elle est devenue la halte ferroviaire SNCF de Fraisses - Unieux.
St Victor sur loire La Réserve naturelle régionale Saint-Étienne - Gorges de la Loire est une « Réserves naturelles régionales » (RNR) de Rhône-alpes.
Créée le 8 mars 1988, elle couvre une superficie (312 hectares), dans les gorges de la Loire.
La Réserve Naturelle Régionale fut élaborée en 1986 par la commune de Saint-Étienne.
A l'origine, la réserve s'étendait sur 214 hectares situés le long de la rive droite de la Loire à partir du lac de Grangent.
Elle s'appelait "Réserve Naturelle Volontaire de Saint-Étienne/Saint-Victor".
En 1996 la réserve s'agrandit avec des parcelles sur la commune de Unieux pour atteindre 314 hectares. L'objectif de cette réserve est de limiter l'expansion urbaine des villes avoisinantes sur les Gorges. 

 
 
 
 
 
 
 
 


La ville est située aux portes de la Sologne, 14 km au nord de Lamotte-Beuvron, 22 km au sud d'Orléans, 54 km au nord-est de Blois et De part et d'autre de la rivière Cosson, un sous-affluent de la Loire
Le château de la Ferté gardait d'ailleurs le passage de ce cours d'eau.